À propos de l’auteure

Je partage cet article :

Portrait

Bienvenue ! Je suis Ameline Abdullah, traductrice professionnelle depuis 2013. Je traduis de l’anglais ou du japonais vers le français.

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux :  Twitter   LinkedIn

Ma passion : la langue japonaise

J’ai commencé l’apprentissage du japonais au collège, seule, en dévorant des manuels puis en suivant des cours particuliers. Pourquoi le japonais ? Aucune idée. Disons simplement que j’ai subitement trouvé que cette langue était la plus belle au monde.

Mes forces : mes connaissances et mon expérience

Au lycée, j’ai poursuivi mon apprentissage grâce à des cours par correspondance, puis j’ai présenté le japonais au baccalauréat, en troisième langue vivante. Troisième langue vivante, seulement ? Ce n’était pas faire honneur à ma passion dévorante ! Ma voie était donc toute tracée : destination l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) à Paris, pour consacrer trois années d’études universitaires à la langue et à la culture japonaises.

Ma licence en poche, j’ai cherché un moyen de mettre en pratique mes connaissances. Je me suis laissée séduire par le métier de traducteur. Mon objectif a donc été le Master de traduction professionnelle de l’université d’Aix-en-Provence : perfectionnement en anglais et en japonais, traduction automobile, traduction aéronautique, traduction scientifique, traduction de contrats, découverte des logiciels de traduction assistée par ordinateur… et pour finir, un stage dans une agence de traduction canadienne.

C’est avec mon Master 2 en poche en 2013, après six années d’études supérieures, que je m’installe enfin à mon compte, en tant que traductrice professionnelle. Les années passent… et je cumule les travaux et les formations, sans jamais me lasser.

Mes spécialités : le droit japonais, l’énergie et l’environnement

Comme beaucoup de traducteurs, j’ai choisi de me spécialiser dans un petit nombre de domaines :

  • d’un côté, l’énergie et l’environnement, un sujet fascinant, crucial et en constante évolution ;
  • de l’autre, le droit japonais, une spécialité peu évident à cultiver en France… mais possible, avec une grande dose de persévérance.

Mon plaisir : partager avec vous

En France, il n’est pas si facile d’atteindre un haut niveau de japonais. Il est plus dur encore de prospérer en tant que traducteur en faisant du japonais sa langue de travail principale, l’anglais étant bien plus demandé. C’est une lutte de tous les instants et un apprentissage permanent, ponctués de remises en question régulières. C’est aussi une belle aventure, que je souhaite partager avec vous. Membre de la Société française des traducteurs (SFT) depuis mes débuts, je n’ai jamais été seule, malgré mon statut d’indépendante. J’ai beaucoup appris de mes confrères, de mes consœurs et de mes amis… À mon tour de donner !

Que vous soyez acheteur de traductions, traducteur, étudiant ou tout simplement intéressé par la traduction ou la langue japonaise, j’espère que vous trouverez dans ce blog des ressources utiles, des idées nouvelles et, qui sait, peut-être quelques pensées inspirantes.

Bonne lecture ! 🙂


Je partage cet article :